La myéline, ou comment une habitude s’installe dans vos neurones

La myéline, qu’est-ce que c’est ? Un nouveau produit de la ruche à 50 € le kilo à prendre pendant les grands froids ? Pas du tout. En réalité il s’agit d’un composant biologique qui entoure les fibres nerveuses et joue un rôle clé dans la mise en place des habitudes.

Le sujet nous intéresse car l’amélioration du rapport au temps passe par la mise en place de nouvelles habitudes plus satisfaisantes, ou la suppression d’habitudes toxiques.

Par exemple, je mets en place une nouvelle routine d’efficacité en « vidant » systématiquement mon cerveau des tâches à faire dans des « todo lists ». Ou alors je gagne en performance et en sérénité en faisant des vraies pauses loin de tout écran.

Regardons comment vos neurones évoluent grâce à cette mystérieuse myéline, lorsque vous souhaitez installer une nouvelle habitude, ou en supprimer une mauvaise déjà en place.

Le chemin du moindre effort

On tend à répéter un comportement devenu réflexe car il nous demande très peu d’énergie, c’est le chemin du moindre effort, de la moindre friction mentale. Ce chemin le plus facile peut être celui d’une bonne habitude ou d’une mauvaise.

C’est mon comportement par défaut dans une situation donnée. Tellement par défaut d’ailleurs, que je ne m’en rends même plus compte. Ce comportement se réalise le plus souvent inconsciemment.

Selon une étude de l’université de Duke, près de 45% de nos comportements seraient en fait l’expression d’habitudes automatiques. Par exemple, décider du chemin à prendre pour se rendre au travail, choisir ce que nous allons manger, ou encore décider de notre façon d’organiser nos journées.

Ces comportements par défaut, bons ou mauvais, sont devenus réflexes par renforcement des circuits neuronaux qu’ils empruntent. Un circuit neuronal renforcé fera circuler la commande nerveuse plus rapidement et plus intensément. Cette intensité donne beaucoup plus de chance à un comportement ou à une pensée, ou même à une idée, d’aboutir, plutôt que de disparaître dans les méandres de notre cerveau.

La myéline

La myéline autour d’une fibre nerveuse

Dans son livre The Talent Code, Daniel Coyle explique le renforcement des circuits neuronaux en s’appuyant sur les recherches scientifiques autour de la myéline.

Plus la myéline enrobe le neurone et plus le passage neuronal devient puissant et donc efficace : un peu d’influx nerveux sur un neurone blindé de myéline aura beaucoup d’effet !

La myéline, je peux en acheter sur Amazon ? Non, pas encore ! Et si un jour ça arrive il ne servira à rien d’en manger. Il n’y a pas de magie ni de raccourci : la myéline s’enrobe en couches successives autour du nerf au fur et à mesure que le circuit est emprunté.

En sommes on a :

  • répétition d’un comportement ou d’une pensée
  • ⇒ enrobage de myéline autour du circuit emprunté
  • ⇒ circuit qui devient plus rapide et plus efficace
  • ⇒ habitude automatique !

Ça marche pour les bons ou les mauvais comportements :

  • affaiblir un comportement nécessite qu’il soit moins réflexe, donc moins « myélinisé », donc moins emprunté.
  • adopter une nouvelle habitude réflexe nécessite de « myéliniser » de nouveaux circuits, donc de les emprunter maintes et maintes fois.

La pratique délibérée

Mais toutes les répétitions n’ont pas le même effet sur la myéline. Il y a la bonne et la mauvaise répétition. Celle qui va augmenter rapidement la myéline et celle qui ne changera pas grand chose.

Depuis les travaux de Anders Ericsson sur les secrets de la performance des virtuoses, on parle de « pratique délibérée » (deliberate practice) pour décrire les répétitions qui ont de véritables effets sur la myéline.

Voici les étapes de la pratique délibérée pour changer une habitude, avec des illustrations sur l’habitude qui consiste à tout noter dans des listes :

  • Comprendre l’ensemble de la problématique. Exemple : « Pourquoi ai-je besoin de me mettre à suivre mes tâches dans une todo list ? Qu’est-ce que cela va m’apporter ? »
  • Découper le comportement en sous parties. Exemple : « Quelles sont les étapes unitaires d’un suivi de tâches dans une todo list ? En quoi cela consiste-t-il exactement ?»
  • Commencer en ralentissant le comportement. Exemple : « Ok, commençons par suivre ces étapes unitaires tout doucement les premiers jours. »
  • Permettre un feedback immédiat. Exemple : « Ah tiens ça m’a permis de mieux prioriser. Par contre c’est dur de la regarder tous les matins ! »
  • Répéter des milliers de fois.
  • Augmenter l’exigence de qualité au fur et à mesure. Exemple : « Bon maintenant j’ajoute une catégorie à ma todo list pour la rendre encore plus lisible. »

C’est la conjonction de ces différentes caractéristiques de la « pratique délibérée » qui va garantir la plus grosse intensité de la sollicitation, et donc la meilleure myélinisation !

Vous l’avez compris, la pratique délibérée n’est pas la plus agréable ni la plus facile qui soit. Elle est totalement optimisée pour une recherche de progression et d’installation de bonnes habitudes.

Conclusion

L’explication biologique qui s’appuie sur la myéline pour expliquer les habitudes renforce une évidence : l’habitude vient de la répétition. Et encore plus efficacement et plus rapidement par des répétitions qui suivent une « pratique délibérée ».

Côté suppression d’habitudes existantes, on va à l’inverse chercher à diminuer la myéline qui entoure les circuits neuronaux sollicités dans le mauvais comportement réflexe. Dans ce cas la diminution de myéline passe par une diminution de la répétition du comportement.

Qu’on souhaite augmenter les répétitions pour myéliniser ou les diminuer pour démyéliniser, les approches sont variées : méta-cognition, approches comportementales ou psychologiques. Tout est bon à prendre !


La formation Le Temps Reconquis vous donne tous les outils pour changer durablement vos habitudes, dans le but de reprendre en main votre temps à l'ère du digital.


  • Trouver enfin le temps de lancer vos projets les plus ambitieux.
  • Découvrez toutes les routines et astuces des ninjas de la gestion du temps.
  • Retrouvez les capacités d’attention que vous aviez avant votre premier smartphone.